Le pêle-mêle de Michouette

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

< 1 2 3

samedi 19 février 2005

Les Fables de la Fontaine - Danse

Conception et mise en oeuvre : Annie Sellem
Chorégraphie : Herman Diephuis, Béatrice Massin, Mourad Merzouki
Avec : Clémence Galliard, Julien Gallé-Ferré, Céline Angibaud, David Lerat, Mehdi Heniche , Halim Houcine , Aurélien Kairo
La Cigale et la Fourmi, le Loup et l’Agneau, le Chêne et le Roseau. Vous pensez aux personnages de la Fontaine. Mais saviez vous qu'ils dansaient ?Lire la suite

mercredi 8 décembre 2004

De ce côté-ci des vivants

Vivre pour mourir ou mourir pour vivre...Lire la suite

lundi 22 novembre 2004

Une semaine haute en théâtre !

Alors voilà... La semaine avait commencé par vous et vos impros masquées, des corps qui se révèlent, une expression qui se dessine, un imaginaire qui s'offre avec toujours plus de précision... Le bonheur d'avancer pas à pas avec vous et de vous voir progresser...Lire la suite

vendredi 19 novembre 2004

Comme il vous plaira de William S

Imaginez un soir d'automne la sortie d'un métro dans Paris. Le vent se lève, annonçant une tempête nocturne. Les feuilles jonchent les trottoirs, les caniveaux, se réfugiant parfois sur les voitures en stationnement. Il fait nuit. Un flot de voyageurs descend par vague des escaliers du métro aérien. Redevenus piétons, ils fuient le métro, se hâtent de rentrer chez eux. Je marche, ou plutôt je cours sur les trottoirs tapissés de feuilles rousses et jaunes. Ma course m'entraîne sur un boulevard mal éclairé. Un jet de lumière et une odeur nauséabonde délivrée par une station service. Soudain, au détour d'un bloc d'immeuble, un monolithe vertical : une indication ! Je suis la piste. Au fond, de la lumière, je perçois comme un bruissement de voix. Je me précipite encore un peu plus, enjambe une volée de marches et...encore essoufflée récupère un billet d'entrée. A peine assise le spectacle commence, mes genoux touchent la scène. Je ne peux pas être plus près!..Lire la suite

< 1 2 3

Tout chemin, même de mille lieues, commence par un pas.
Aussi ne crains pas d'être lent, crains seulement d'être à l'arrêt.