Le pêle-mêle de Michouette

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La trilogie des Dragons - Palais de Chaillot

affiche
Créé en 1985 à Québec, grand prix du Festival des Amériques, ce spectacle de 6 heures, fit reconnaitre Robert Lepage dans le monde entier. Vingt ans après, une reprise (raccourcie à 4 heures) est présentée au Palais de Chaillot...

Mise en scène : Robert Lepage
Avec Sylvie Cantin; Jean Antoine Charest ; Simone Chartrand ; Hugues Frenette ; Tony Guilfoyle ; Éric Leblanc ; Véronika Makdissi-Warren ; Emily Shelton
durée : 4h + 3 entractes
jusqu'au 23 octobre

Pour commencer, vous pouvez lire la chronique de Vincent Josse sur ce spectacle.

Le sujet : Entre 1910 et 1980.

Deux enfants grandissent dans le quartier chinois de Quebec, elles deviennent des femmes l'une part pour Toronto. Dans la troisième partie, la seconde nous emmène à Vancouver.

La mise en scène : Les spectateurs sont situés de part et d'autre de la scène, pas d'arrière scène. L'espèce scènique est occupé complétement, parfois même en hauteur, puisque les deux petites filles se réfugient souvent dans les sur le dessus de la cahute. Le lieu de l'action change facilement, sans qu'il soit besoin de changer le décor de la scène. On sait de suite où l'on est. Beaucoup d'effets sont utilisés pour donner vie et mouvement, la vidéo par exemple filme en gros plan des acteurs en train de jouer.

Les acteurs  : ils sont bons mais pourtant... j'avais presque l'impression d'assiter à une projection, à la ennième représentation. Je pense que c'est là que le bât blesse.

L'histoire, l'action : Histoires d'amours, peines et joies de la vie, guerre et paix. Il y a des scènes intenses, mais elles passent. C'est surtout la dernière partie qui pèche, elle n'a pas de finalité. Que vient faire là ce pilote ? Dans beaucoup des scènes l'intérêt vient de l'apport du spectacle, vidéo, bruitage ... Ca marche bien, je ne me suis pas ennuyée du tout, mais je ne trouve pas ça suffisant pour faire de l'ensemble une bonne représentation.

J'ajoute que trois entractes c'est bien trop. Ca déconcentre, et ce n'est pas justifié. Il y a trois parties : Dragon vert, dragon rouge, dragon blanc. Pourquoi couper l'histoire en 4 ?

Alors ? ces critiques dithyrambiques ?

Voici la réponse de Vincent Josse qui a eu l'amabilité de répondre à ma question

Il faut le voir comme LE premier spectacle de Lepage, celui qui a révolutionné le Québec, si fermé sur lui-même, dans les années 80. Lepage arrivait alors avec un spectacle qui faisait le pont entre orient et occident, et qui usait de formes diverses : texte, langage du corps, vidéo, etc. Ensuite, ses spectacles ont évolué, mais celui-ci est un rappel de ses débuts, en cela, je le trouve tres intéressant, et moi, il m'a ému. Amitiés! Vive le débat, Vincent

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Tout chemin, même de mille lieues, commence par un pas.
Aussi ne crains pas d'être lent, crains seulement d'être à l'arrêt.