Le pêle-mêle de Michouette

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Richard III au Théatre des Amandiers - Nanterre

affiche Richard III
Après Looking for Richard, il était temps d'aller voir la pièce...

de William Shakespeare
Texte français : Jean-Michel DÉPRATS
Mise en scène : Philippe CALVARIO
Avec Philippe TORRETON (Richard III) et Alba AUMARD / Anne BOUVIER (Lady Anne) / Pauline BUREAU / Yann BURLOT / Nicolas CHUPIN / Florence GIORGETTI (La Reine Marguerite) / Martial JACQUES / Regis LAROCHE / Marie-Christine LETORT (La Reine Elisateth - Lady Grey) / Maximilien MULLER / Jean-Luc REVOL / Joachim SALINGER / Martine SARCEY (Duchesse d'York, mère des 3 frères) / Alexandre STYKER
jusqu'au 23 octobre aux Amandiers, puis tournée

 Richard et Edouard IV

La pièce : il s'agit d'une pièce "historique" de Shakespeare. Richard III fut roi d'Angleterre de 1483 à 1485. Vous trouverez à son sujet de nombreuses informations sur le site de la Richard III Society et là un beau portrait de lui par un artiste inconnu Richard III est (dit-on) la pièce la plus jouée de Shakespeare.

Le contexte et le sujet : Depuis 30 ans "la guerre des deux roses" oppose les York et les Lancaster pour le trône d'Angleterre. Edouard IV règne. Richard le plus jeune frêre du roi ne se contente pas du titre de Duc de Gloucester. Il œuvre pour obtenir la couronne pour cela il doit écarter les 2 jeunes fils du roi et son second frère, Clarence.

Il persuade le roi que leur frère Clarence complote contre lui. Clarence est enfermé dans la tour de Londres puis exécuté. A la mort d’Edouard IV, Richard devient régent, fait enfermer le jeune roi et son frêre, les fait déclarer batards, élimine les opposants. Son ami Buckingham rallie le parlement qui le déclare ROI.

Les acteurs et la mise en scène : Les acteurs sont bons. Philippe Torreton joue ce Richard III avide de pouvoir, manipulateur, séducteur, comédien, bouffon. Les rôles que joue Richard III, Ph. Torreton nous les donne à son tour. Cela donne du rythme, une bonne compréhension des scènes essentielles à l'action, et de la détente avec les scènes burlesques.
Mais les choix de mise en scène sont souvent surprenants : des références actuelles, des décors et costumes en partie japonisants distraient le propos et tournent en farce la cruauté de Richard, pourtant bien réelle.

Quatre femmes dans cette pièce, quatre beaux rôles très bien tenus.

  • La mère, horrifiée par les crimes et la duplicité de son fils qui a fait tuer son fils et ses petits enfants.
  • Elisabeth, femme puis veuve d'Edourd iV. Elle n'est jamais dupe du jeu de Richard et elle s'oppose à lui, en particulier dans une belle scène où elle réfute tout ce par quoi Richard pourrait jurer de sa sincérité.
  • L'ancienne Reine Marguerite veuve d'un précédent Roi du camp adverse. Elle nous joue de magnifiques scènes de prédiction dans une rôle de quasi sorcière. Son échange avec Elisabeth déchue est un texte remarquable.
  • La jeune Anne, veuve par la main de Richard et qu'il s'attachera à séduire, nous montrant dès la seconde scène ses dons d'éloquence et sa capacité de séduction.

C'est surtout grâce à elles quatre que nous ressentons l'horreur des crimes de Richard.
C'est une pièce superbe, allez la voir.


pour un roi qui n'a régné que 2 ans, il n'est pas passé inaperçu !

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

1. Le samedi 10 décembre 2005 à 15:52, par Camille

Cette piece est surprenante,et il y a une telle dynamique sur scene qu'a aucun moment on s'ennuie!
Bravo à toute l'équipe pour ce moment que vous nous avez offert,et pour les lecteur de ce message:allez voir la piece!!!

2. Le mercredi 28 décembre 2005 à 17:50, par Kentino

J'ai vu cette pièce le 14 Décembre et j'ai apprécié l'ensemble de la pièce. Cependant je me pose certaines questions :
Pourquoi ces costumes japonisants ?
Pourquoi ces "putain", "merde", "yes" ?
Même si cela fait ricaner, je n'en vois pas l'intérêt.
De plus je ne tire pas mon chapeau à M. Philippe Torreton qui criait dans son micro lorsqu'il se trompait dans ses paroles, ni à deux soldats qui se sont regardés et qui ont rigolé(ce n'était évidemment pas dans la mise en scène!).
Peut-être du relâchement chez ceux-ci... Ce n'est en tout cas pas digne de tels acteurs.

Apprécions tout de même l'admirable prestation d'Anne, veuve d'Edouard.

Impression mitigée.

3. Le mercredi 18 janvier 2006 à 10:55, par tiboudemoi

Quels sont les grands thèmes de ce spéctacle?
Pourquoi les costumes font-ils nettement références à l'esprit Chinois?un peu manga?
Pourquoi l'idée du cheval pour enfant à la fin de la scène, lorsque Richard 3 meurt?
merci de répondre au plus vite.

4. Le mercredi 18 janvier 2006 à 14:31, par Michouette

... euh! je ne fais que donner mes impressions sur la pièce. Seul le metteur en scène pourrait répondre à tes questions.

Sur le parti pris samourai, manga... aucune idée... moi je trouve que ca ne fait que perturber la pièce.
Le cheval de bois ?... je suppose qu'elle regrette le temps où Richard, enfant, pouvait être satisfait avec un cheval de bois, mais là elle ne peut plus rien pour lui ? Elle est toujours la mère de Richard enfant et répond aux besoins d'un enfant, les ambitions, nécessités de l'adulte la dépasse ?

Pour ce qui est des remarques de Kentino sur le vocabulaire, je crois que le texte est une bonne traduction du texte de Shakespeare, qui sait être grossier comme ses personnages.



Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Tout chemin, même de mille lieues, commence par un pas.
Aussi ne crains pas d'être lent, crains seulement d'être à l'arrêt.