Le pêle-mêle de Michouette

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

« Quand tout s’emmêle »

Adultes 1er cycle
Samedi 9 avril 2005
Direction : Leïla Denis Avec : Anne, Annick, Camille, Caroline, Christelle, Corinne, Delphine, Gilles, Isabelle, Mathilde, Michel, Michèle, Stéphanie, Sylvie, Thierry
Drolatiques, inquiétants, cruels, ou vraiment délirants, des textes qui nous parlent de ces petits moments de la vie qui dérapent et qui nous échappent.
  • Le Cintre, de Pierre Desproges
  • Instructions pour monter un escalier, de Julio Cortazar
  • Les Ordinateurs ne discutent pas, de Gordon R. Dickson
  • La Tuile, de Marc Jolivet
  • L'Histoire de goût Bulgare, de ?
  • Imagine, de Hubert Ben Kemoun
  • Chez le libraire, des Montypithon
  • Le Procès du tribunal, de Raymond Devos
  • Tout va très bien, Madame la Marquise, de Ray Ventura

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

1. Le mardi 30 novembre 1999 à 00:00, par Michèle

C'était une belle soirée ! Encore une fois j'ai eu le bonheur de voir le spectacle du début à la fin - de dos pour une partie, mais là j'étais sur ma chaise, face au public et je pouvais voir ses réactions. J'ai beaucoup aimé lui raconter di rectement mes histoires .
(Je fais quand même une réserve sur la chanson.)

Ce que ça a passé vite ! 1 heure de spectacle ce n'est pas comme 1h de répétition.

Et en plus faire un pôt après avec les spectateurs, c'était la cerise sur le gâteau.

Bravo à tous, et merci, merci, Leïla

2. Le lundi 11 avril 2005 à 11:38, par Leïla

Et voilà , notre soirée de lecture est passée... et s'est très bien passée, vous ne trouvez pas ?!

Je vous ai trouvés très en forme. Comme à votre habitude généreux, faisant partager avec enthousiasme vos textes : ce sont des qualités essentielles en théâtre.

Mais vous aviez aussi des qualités nouvelles : j'ai entendu des voix mieux placés, des textes plus articulés. Et puis votre attitude sur scène est tellement plus maîtrisée... Le texte passe avant le trac, et ça se sent !

Nous n'en sommes qu'aux débuts bien suûr, mais déjà, n'est-ce pas un plaisir de mener la barque des mots et de sentir la salle qui réagit, qui nous suit, qui rit ?! Je n'ai qu'un mot : bravo ! Et merci du plaisir que vous m'avez donné samedi !

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Tout chemin, même de mille lieues, commence par un pas.
Aussi ne crains pas d'être lent, crains seulement d'être à l'arrêt.