Le pêle-mêle de Michouette

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une semaine haute en théâtre !

Alors voilà... La semaine avait commencé par vous et vos impros masquées, des corps qui se révèlent, une expression qui se dessine, un imaginaire qui s'offre avec toujours plus de précision... Le bonheur d'avancer pas à pas avec vous et de vous voir progresser...

Et voilà qu'on se retrouve, avec quelques uns d'entre vous, pour un jeudi soir plein de couleurs et de rires, d'émotion et de générosité : "Comme il vous plaira", comédie de Shakespeare qui n'avait pas volé son titre, car ça m'a beaucoup plu à moi aussi (merci Isabelle pour ce joli compte-rendu d'une soirée d'automne au théâtre...) ! Le spectacle se joue encore jusqu'au 19 décembre, et j'engage chaleureusement ceux qui n'étaient pas là à aller le découvrir. Une troupe jeune, d'un enthousiasme communicatif, une mise en scène complètement farfelue, des acteurs très présents physiquement (la voix crie un peu mais bon, on ne va pas chipoter...), et qui avaient l'air de s'amuser sur scène autant que nous dans la salle... Vraiment, ce serait dommage de louper un spectacle si généreux. Ca ne démarre pas tout de suite dans la franche loufoquerie, mais ne croyez pas que vous vous êtes trompé de salle ! Patience... et surtout, ne loupez pas la fin !

Dimanche après-midi, temps de novembre frisquet, le quartier de la Chapelle est envahi par les voitures, c'est sûr on ne va pas trouver à se garer, c'est sûr on va louper le début, c'est sûr ils ne nous laisseront plus entrer... Tiens, une place libre sur une livraison : ni une, ni deux, je demande au patron du café si ma voiture le dérangerait là, juste devant sa porte, mais non, les cafetiers sont sympas à la Chapelle, ils comprennent très bien qu'un début de spectacle ça ne se loupe pas, et ils vous protègent même des PV (si si, je vous assure !).

Donc nous voilà assis à l'orchestre (sachez que le dimanche, c'est beaucoup moins cher, et qu'on peut ainsi prendre de très bonnes places, ça vaut la peine...) de ce très beau théâtre, sans doute le plus beau qu'il m'ait été donné de voir. Il y a une âme dans ce lieu, les balcons à l'italienne autour de cette espace sans estrade, où les comédiens évoluent devant vous au même niveau que les premiers rangs de l'orchestre, et vous emmènent ainsi un peu plus dans leur monde imaginaire... Ces murs aux teintes roussies, qui nous placent d'emblée dans un temps hors du temps... Vraiment, un lieu unique.

Alors le spectacle... Je reste sur une impression mitigée. J'ai envie de vous dire : "allez-y", car c'est un spectacle conduit par un conteur, que les comédiens ont une clarté dans leurs gestes et leurs déplacements qui vous inspireraient je pense, la façon dont est occupé l'espace également, et puis c'est un spectacle mis en scène par Peter Brook, et il y a toujours cette élégance qui n'est pas de la coquetterie, une élégance profonde dans la qualité de relation entre les acteurs, qui se reflète jusque dans les costumes, les éléments de décors, la présence juste des musiciens sur la scène... Mais - car il y a un mais - il m'a semblé que le spectacle n'était pas abouti dans son écriture, je suis restée sur ma faim, comme si le sujet n'était pas vraiment traité. Il m'a semblé aussi que les acteurs manquaient parfois de tonus, ils étaient présents mais... Je ne sais pas ! Je serais heureuse que vous y alliez pour vous imprégner des belles qualités que j'ai énoncées plus haut, et aussi pour me dire ce que vous en aurez pensé !

Voilà pour cette semaine bien remplie. Nous sommes maintenant lundi et je me dis que c'est bon de se frotter à la matière vivante du théâtre, pour sentir une fois encore combien est précieuse l'expérience de vivre...

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Tout chemin, même de mille lieues, commence par un pas.
Aussi ne crains pas d'être lent, crains seulement d'être à l'arrêt.